Les Actualités sur www.ecoinfosmonde.com

dimanche 12 septembre 2021

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Vingtième anniversaire du 11 septembre et procès du 13 novembre, le télescopage bienvenu

Oui, pour répondre à cette question cliché, comme tous ceux qui sont en âge de les avoir vécus «en direct», je me rappelle où j’étais le 11 septembre 2001 et le 13 novembre 2015 lorsque j’ai appris les attentats terroristes qui ont touché New York et Paris.

Et, oui, j’ai pris immédiatement la dimension de ces deux terribles carnages d’où un télescopage bienvenu dans la commémoration aujourd’hui du vingtième anniversaire de l’effondrement des tours jumelles du World trade center et l’ouverture, mercredi dernier, du procès des responsables encore vivants des fusillades dans Paris et des assassinats des spectateurs du concert qui se tenait alors au Bataclan.

Bienvenu parce qu’il nous permet d’abord de nous rappeler que les ennemis de la liberté et de la démocratie peuvent agir et frapper fort dès qu’ils sont en mesure de le faire – ce qui pose le problème de ce qui va se passer avec le retour des talibans en Afghanistan qui ont hébergé Al Qaida, l’organisation terroriste responsable du 11 septembre – et qu’en conséquence nous ne devons, nous ne pouvons jamais baisser la garde en ce début de troisième millénaire.

C’est d’ailleurs grâce à une mobilisation de tous les instants que nous avons pu éviter des attentats de cette dimension depuis quelques années.

Ensuite, il nous permet de nous remémorer l’unité qui s’est manifestée dans toutes les démocraties du monde face à ces actes d’une sauvagerie sans nom.

Et les peuples des démocraties ainsi agressées et meurtries ont montré leur communion et leur résilience face à cette barbarie même si nous pouvons malheureusement douter un peu qu’une telle épiphanie se produise avec la même intensité dans cette deuxième décennie du 21e siècle.

Enfin parce qu’il nous enjoint de ne jamais oublier la fragilité inhérente au meilleur des systèmes politiques, la démocratie, face à ses ennemis qu’ils viennent de l’intérieur ou de l’extérieur.

Bien sûr, dirons certains, ces milliers de morts de New York et de Paris pèsent peu face aux millions de morts dus aux conflits et aux actes terroristes dans le monde qui ont eu lieu ces vingt dernières années au quatre coins du monde, de la Syrie au Soudan en passant par l’Irak ou la Birmanie, pour prendre quelques exemples des effroyables et intolérables tueries humaines qui ont rythmé notre quotidien.

C’est vrai mais ces attentats, au-delà des tragédies vécues par les victimes et leurs familles, ont cette dimension emblématique de la volonté odieuse de leurs perpétrateurs et de leurs commanditaires, d’une destruction totale de la liberté et de la démocratie dans les deux pays qui ont inventé leurs formes modernes, les Etats-Unis et la France.

C’est en cela que nous devons sans réserve les commémorer et rendre justice à leurs victimes aujourd’hui et demain, aussi longtemps que notre dignité humaine sera mise en danger par des illuminés et des criminels de la pire espèce.

Alexandre Vatimbella

 

samedi 4 septembre 2021

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Les défaites inquiétantes mais logiques de la démocratie

Les défaites inquiétantes mais logiques de la démocratie

De Hongkong à Kaboul, de Brasilia à Budapest, de Manille à Ankara, la démocratie a subi ces dernières années, voire ces derniers mois et ces dernières semaines des défaites inquiétantes.

Alors que les plus optimistes escomptaient il y a trente ans qu’une grande partie du monde allaient adopter tôt ou tard un régime démocratique, ce début de 21e siècle a été une douche froide même si la liberté a pu progresser ici ou là mais pas de la manière exponentielle prévue et espérée.

Si beaucoup de pays ne se sont finalement pas convertis à la démocratie, le plus préoccupant est le recul voire la disparition de celle-ci dans plusieurs endroits où elle était en place ou embryonnaire.

Reste que ces défaites sont logiques si l’on se place dans un cadre géopolitique (pour Hongkong ou l’Afghanistan) ou dans celui de particularismes locaux (pour la Hongrie ou la Pologne).

Que nous apprennent, plus globalement, ces revers et ces fiascos?

D’abord que la démocratie est fragile de par sa nature.

Il s’agit même du régime politique le plus vulnérable car sa force réside dans ses idéaux qui sont autant d’armes qui permettent à ses nombreux ennemis, tant intérieurs qu’extérieurs, de l’affaiblir.

Un exemple, la liberté que la démocratie offre est une aubaine pour tous ceux qui rêvent de la supprimer car elle leur permet d’agir et de parler sans être l’objet de répression ou de censure comme c’est le cas dans les régimes autoritaires et totalitaires.

Ensuite que la démocratie doit se défendre et être défendue pour exister.

Elle n’est nullement un régime «naturel» mais bien une construction culturelle qui s’appuie, en revanche, sur des droits «naturels», c’est-à-dire attachés à la dignité de chaque être humain dès sa naissance –même s’il ne peut alors les exercer lui-même –, dont il ne peut jamais être privé et qui émanent du duo inséparable liberté-égalité.

Cela implique qu’elle doit se défendre par un arsenal législatif et sécuritaire efficace mais aussi qu’elle doit être défendue par ceux qui bénéficient de ses bienfaits.

Parce qu’il est une évidence que la passivité, pire l’indifférence, sont des comportements qui minent et détruisent la démocratie de l’intérieur.

On vient d’en voir les conséquences tragiques en Afghanistan où aucun mouvement d’aucune sorte de la part de la population pour empêcher les talibans de reprendre le pouvoir ne s’est manifesté, ni une quelconque mobilisation pour défendre la liberté.

Puis que l’on doit protéger la démocratie contre elle-même.

En ce 21e siècle, la caractéristique première d’un régime démocratique est qu’il ne peut être à la merci de la versatilité du peuple.

Aucune volonté de celui-ci ne peut remettre en cause son existence parce qu’elle nierait les droits «naturels» dont j’ai parlé plus haut.

Ainsi, ce n’est pas la règle de la majorité, ni même l’élection qui est fondement de nos démocraties actuelles, mais les droits de la minorité qui ne peuvent jamais être supprimés.

Ne resterait qu’un représentant de cette minorité, il serait fondé à demander que l’on respecte ses droits même si la majorité décidait de les supprimer parce qu’elle n’aurait aucune légitimité d’agir pour autrui ainsi que vis-à-vis des générations à venir.

Enfin, que les démocraties, à travers le monde, doivent s’unir pour défendre leur modèle et être capables de faire face à tous les régimes liberticides pour leur imposer de respecter les droits «naturels» de chacun.

Pas besoin de longs développements pour constater qu’on en est bien loin…

Reste que ces échecs de la démocratie ne sont pas forcément inexorable dans le temps mais ils nous apprennent encore une fois que si elle est l’unique régime légitime en regard du respect de la dignité de chaque être humain, des forces puissantes et souvent bien organisées tentent par tous les moyens d’empêcher son installation et quand c’est le cas, luttent pour l’éliminer.

Ainsi, qu’on le déplore ou non, la démocratie se mérite parce que nous vivons dans un monde où ces forces sont quotidiennement à l’œuvre pour asservir les individus pour tout un tas de motifs les plus abjects les uns que les autres.

Cela ne remet aucunement en question cette légitimité de la démocratie mais interroge sur les capacités des peuples à se révolter face à des pouvoirs autoritaires et totalitaires parce que s’il est une chose certaine, c’est qu’aucun de ceux-ci n’a jamais pu se maintenir sans un certain soutien ou une apathie coupable populaires.

Par un retournement funeste de l’Histoire, Le 21e siècle sera peut-être celui de la résistance démocratique alors qu’il devait être celui de la liberté triomphante…

 

 

jeudi 2 septembre 2021

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Daesh, trumpistes et anti-vax, même fanatisme?

Le fanatique, qu’il soit religieux ou politique, où qu’il vive, quoi qu’il pense obéit aux mêmes règles de comportement.

Dominé par ses passions où la raison – sauf la sienne! – n’a plus sa place, persuadé qu’il détient le mystère de la vraie vie, que celui-ci est bafoué par les autres, tous les autres qui ne pensent pas comme lui, il se veut le défenseur intransigeant de la «pureté» de la cause qu’il a épousé.

Souvent, il est prêt à sacrifier sa vie et, évidemment, surtout celle de ses «ennemis» sur l’hôtel de ses certitudes, celles qui ne souffrent, selon lui, aucune discussion.

Le fanatique est donc caractérisé par sa croyance absolue et inébranlable dans une «vérité» à laquelle il est prêt à se battre jusqu’à l’élimination de l’autre, celui qui ne croit pas comme lui à la même orthodoxie, qui ne rend pas grâce aux mêmes dogmes que lui.

Selon Hegel, «le fanatisme veut quelque chose d’abstrait, il ne veut pas d’organisation différenciée ou hiérarchisée. Là où apparaissent des différences, il trouve cette situation contraire à son indétermination et la supprime.»

On reconnait dans ce portrait, bien sûr, le fanatique gorgé de principes religieux exclusifs tel que nous le propose en ce 21e siècle, Daesh, Al Qaida, les Frères musulmans, les Talibans ou encore certaines sectes hindoues.

Mais également le fanatique politique gorgé de théories élucubrationistes (complotistes) tel que nous les ont révélé des mouvements comme le Tea party, les Gilets jaunes ou encore les Anti-vax, sans oublier les adulateurs de Donald Trump.

Ici, il faut faire ce parallèle évident où le fanatique religieux investit évidemment la sphère du politique qui ne peut être qu’inféodé à sa croyance et où le fanatique politique vit ses croyances comme une religion.

C’est qu’expliquait le philosophe romancier et sémioticien italien Umberto Eco:

«Les gens ne peuvent admettre que les choses arrivent ‘comme ça’. L’idée du complot est à la base de toute religion: il faut qu’il y ait une volonté à l’origine des événements, qu’elle soit d’origine divine ou humaine. Ainsi, le crime ou la grande catastrophe n’arrivent jamais par hasard ! Le complot machiavélique derrière les événements est une mythologie naturelle, qui répond à un besoin humain».

On comprend quels dérapages permet cette démarche erratique quand elle est dans les têtes de surexcités exaltés.

Voltaire écrivait que «le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère».

Et Diderot complétait la définition en estimant que «du fanatisme à la barbarie, il n’y a qu’un pas».

Pour le fanatique, l’investissement ressort du sacré, de la dévotion en une cause exclusive qui ne supporte pas l’existence de l’incroyant qui doit être éliminé ou empêché d’agir et de s’exprimer.

Il est atteint de «surdité volontaire» selon la juste formule de Victor Hugo.

Le fanatique est adepte de régimes totalitaires parce sa pensée est totalitaire.

Il serait donc temps de prendre conscience que le fanatisme élucubatrioniste est, in fine, d’une dangerosité comparable pour la démocratie au fanatisme religieux et que leurs buts sont identiques, inféoder la société à leurs croyances et évacuer tout rapport avec la réalité, même si le passage à l’acte dans ces dernières décennies, jusqu’à présent, a été surtout le fait des fanatiques de la religion.

Cette présence du fanatisme dans ce début de 21e siècle est une gifle pour les partisans de la démocratie républicaine parce qu’elle semble démontrer que les passions «tristes» – la haine, la peur, la colère, le mensonge, la violence... – décrits par Spinoza prendront toujours le pas sur le rationnel.

Or si nous ne devons pas vivre sans nos émotions qui nous permettent l’empathie, la compassion et la compréhension des sentiments d’autrui, la perception de son humanité et de son individualité, il ne saurait question que celles-ci remplacent nos capacités rationnelles vis-à-vis de la réalité.

C’est autant dans la transmission du savoir que dans un arsenal juridique que l’on parviendra à faire reculer le fanatisme.

Mais il serait illusoire de penser qu’il disparaîtra un jour.

La lutte ne cessera jamais parce qu’il en est de notre condition d’êtres qui vivent sans savoir pourquoi, qui cherchent des réponses et qui, pour certains, se rattachent à des idéologies fermées, donc rassurantes, d’explication d’un monde responsable de nos angoisses existentielles.

Mais ce combat humaniste est un des plus essentiels qui soit pour garantir le respect de la dignité humaine.

Alexandre Vatimbella